L’œil du cyclone.

Beaucoup de sons, beaucoup d’images. Beaucoup de bruit, beaucoup de maux. 
Ça tourbillonne un peu trop autour, et c’est pourtant dedans qu’est l’œil du cyclone. 
Quelques jours, quelques semaines, un break, débrancher, respirer. 
Déconnecter.
Vivre. 
Enlever les applications du téléphone, déléguer ce qui peut être délégué, conserver l’essentiel.

Je n’ai pas besoin de vos likes, de vos messages, de vos SMS, de vos mails, de vos DM pour sentir vos bonnes ondes qui me portent, l’énergie que vous envoyez chaque jour dans ma direction.
Votre précieux soutien est trop puissant pour fondre au silence. 
C’est juste que pour l’instant c’est le temps de moi et moi-même.
Je ne vais ni bien ni mal. 
Je vais bien et mal. 
J’ai seulement besoin de silence, d’un silence choisi, voulu, serein, d’un silence dit, annoncé, énoncé, d’un silence attendu où vous me savez à l’abri, où vous me laissez me blottir doucement sans la moindre inquiétude, sans la moindre sollicitation.

Pour une heure, pour une semaine, pour un mois, je ne décide de rien, je me laisse libre de tout. 
Je ne décide rien d’autre que d’écouter ce besoin viscéral de calme autour pour mieux entendre et me laisser traverser par le tumulte dedans. 
Pour mieux écrire l’essentiel aussi, ce qu’il est urgent d’écrire. 
Pour reconstruire. 
Prenez bien soin de vous, et à bientôt.
Je vous embrasse fort.

Retour à l'accueil