À moitié dans cette chambre.

24 heures.

Le corps loin de l'hôpital, le reste toujours au moins à moitié dans cette chambre.

Son rire clair contre sa Mamie, entre deux questions sur l'état de santé de sa Mamé.

Refuge. Répit. Apaisement.

Nourriture qui ne sort pas d'une conserve.

Lessive qui sent bon.

Bras autour de son petit corps si vivant.

Nez dans ses cheveux sucrés.

Sommeil, enfin.

Larmes qui roulent soudain, au détour d'une phrase pourtant banale, d'un souvenir, d'une odeur, d'un objet.

Et le sourire qui revient l'instant d'après.

Toujours le coeur qui déborde, à la fois lourd d'un chagrin écrasant et gonflé d'un espoir fou.

Attends-moi, Maman, s'il te plaît.

Je reviens demain regonflée à bloc avec de nouveaux tours de magie pour t'aider à revenir à la vie.

Retour à l'accueil