Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mais Pourquoi Je Deviens Mère Bordel ??!

Il n’y a pas de plus beaux cadeaux que ceux qu’on s’offre à soi-même.
Cette semaine, c’est retraite yoga LÀ, avec cette vue à couper le souffle sur le pays Basque, et il n’y a rien de mieux que je pouvais m’offrir que de passer ces 7 jours à ne faire que ce que j’aime entourée de belles âmes. 
Pour apprendre pour de bon à ne plus faire que ça tous les autres jours du reste ma vie...
Namasté les gars !
.
.
.
.
.
#PaysBasque #SantaMaria #Helette #Yoga #YogaEveryDamnDay #YogaRetreat @Hélette, Aquitaine, France

Il n’y a pas de plus beaux cadeaux que ceux qu’on s’offre à soi-même. Cette semaine, c’est retraite yoga LÀ, avec cette vue à couper le souffle sur le pays Basque, et il n’y a rien de mieux que je pouvais m’offrir que de passer ces 7 jours à ne faire que ce que j’aime entourée de belles âmes. Pour apprendre pour de bon à ne plus faire que ça tous les autres jours du reste ma vie... Namasté les gars ! . . . . . #PaysBasque #SantaMaria #Helette #Yoga #YogaEveryDamnDay #YogaRetreat @Hélette, Aquitaine, France

29 Juillet 2019

https://www.instagram.com/p/B0fsbrrlEPT/

Gwyneth & moi on est dans le dernier @femininbio !
Courez l’acheter !
(Le magazine hein, @gwynethpaltrow n’est pas à vendre !)
Avec une interview et en cadeau un petit test maison pour savoir où vous iriez si vous quittiez Paris !!!
Voire : où vous irez QUAND vous quitterez Paris !
.
.
.
.
.
#JarrêteDeVivreÀParis #QuitterParis #FémininBio

Gwyneth & moi on est dans le dernier @femininbio ! Courez l’acheter ! (Le magazine hein, @gwynethpaltrow n’est pas à vendre !) Avec une interview et en cadeau un petit test maison pour savoir où vous iriez si vous quittiez Paris !!! Voire : où vous irez QUAND vous quitterez Paris ! . . . . . #JarrêteDeVivreÀParis #QuitterParis #FémininBio

23 Juillet 2019

https://www.instagram.com/p/B0RMhIvFYYZ/

24 janvier 2017. 
Mon père : «Prends ses bagues, je veux que tu les gardes ».
Alors pendant des semaines j’ai gardé, un peu terrifiée, sa bague de fiançailles et son alliance à mon doigt. C’était étrange de porter ses anneaux, mais je n’ai pas trouvé d’endroit plus sûr pour ne pas les perdre, pour ne pas les voir disparaître à leur tour.
Après la mère morte la moindre disparition est un drame d’une ampleur nouvelle et déchirante, et, en même temps, on s’étonne d’avoir survécu à cette disparition-là qu’on redoutait fort.
Et puis un jour il a été temps enfin de les ranger en lieu sûr ailleurs que sur mon corps.
Et puis tellement de tempêtes intérieures, et puis tellement de disparitions abruptes, soudaines, violentes.
Un coup de massue après l’autre.
Celle des bandes dessinées avec des pointes en fer rouillé dessus.
Je suis retournée les chercher et les glisser à mon doigt. 
Amulettes magiques.
Signes distinctifs d’indisponibilité au reste du monde.
Anneaux protecteurs.
Boucliers d’immunité.
Ces jours-ci j’ai eu besoin plus que jamais peut-être de retourner me lover m’abandonner dans les bras de ma mère. Ses bagues m’ont retenue en presque un seul morceau.
Morcelée mais toujours entière.
Tu sais l’Univers à quel point j’aime être une aventurière. 
Née comme ça.
Mais là maintenant je t’écris ici un peu officiellement tu m’excuseras pour te dire que c’est bon, le grand huit, Space Mountain, le saut en parachute et le train fantôme de l’extrême, en un si court laps de temps, c’est largement assez pour ma vie d’aventures pour l’instant, on peut souffler un peu, on peut jouer la carte du répit et de l’ennui même soyons fous, donne-moi de l’inaction, du vide, du rien.
Juste des mots.
Tu vois j’ai remis mes bagues doudou, mon drapeau blanc, mes amulettes.
Puisque tu as confisqué les bras de ma mère, tends-moi les tiens pour que j’y coule juste un peu, le temps d’un peu de douceur, le temps d’un peu de baume au cœur, le temps de réparer l’enfant intérieur, comme on dit.
Donne-moi un peu de sérénité, sans vouloir te commander, parce que mon ascenseur émotionnel est cassé, et que j’aimerais mieux qu’il stationne au rez-de-chaussée plutôt qu’au 36ème dessous.

24 janvier 2017. Mon père : «Prends ses bagues, je veux que tu les gardes ». Alors pendant des semaines j’ai gardé, un peu terrifiée, sa bague de fiançailles et son alliance à mon doigt. C’était étrange de porter ses anneaux, mais je n’ai pas trouvé d’endroit plus sûr pour ne pas les perdre, pour ne pas les voir disparaître à leur tour. Après la mère morte la moindre disparition est un drame d’une ampleur nouvelle et déchirante, et, en même temps, on s’étonne d’avoir survécu à cette disparition-là qu’on redoutait fort. Et puis un jour il a été temps enfin de les ranger en lieu sûr ailleurs que sur mon corps. Et puis tellement de tempêtes intérieures, et puis tellement de disparitions abruptes, soudaines, violentes. Un coup de massue après l’autre. Celle des bandes dessinées avec des pointes en fer rouillé dessus. Je suis retournée les chercher et les glisser à mon doigt. Amulettes magiques. Signes distinctifs d’indisponibilité au reste du monde. Anneaux protecteurs. Boucliers d’immunité. Ces jours-ci j’ai eu besoin plus que jamais peut-être de retourner me lover m’abandonner dans les bras de ma mère. Ses bagues m’ont retenue en presque un seul morceau. Morcelée mais toujours entière. Tu sais l’Univers à quel point j’aime être une aventurière. Née comme ça. Mais là maintenant je t’écris ici un peu officiellement tu m’excuseras pour te dire que c’est bon, le grand huit, Space Mountain, le saut en parachute et le train fantôme de l’extrême, en un si court laps de temps, c’est largement assez pour ma vie d’aventures pour l’instant, on peut souffler un peu, on peut jouer la carte du répit et de l’ennui même soyons fous, donne-moi de l’inaction, du vide, du rien. Juste des mots. Tu vois j’ai remis mes bagues doudou, mon drapeau blanc, mes amulettes. Puisque tu as confisqué les bras de ma mère, tends-moi les tiens pour que j’y coule juste un peu, le temps d’un peu de douceur, le temps d’un peu de baume au cœur, le temps de réparer l’enfant intérieur, comme on dit. Donne-moi un peu de sérénité, sans vouloir te commander, parce que mon ascenseur émotionnel est cassé, et que j’aimerais mieux qu’il stationne au rez-de-chaussée plutôt qu’au 36ème dessous.

21 Juillet 2019

https://www.instagram.com/p/B0KCjNoFWlz/

Tuons un mythe : non, quand tu dînes avec une blogueuse food, elle ne te fait pas SYSTÉMATIQUEMENT un bon petit plat maison.
.
.
.
.
.
#Déception #TuonsLeMythe #BlogueuseCulinaireMonOeil #Siamoises @Bordeaux, France

Tuons un mythe : non, quand tu dînes avec une blogueuse food, elle ne te fait pas SYSTÉMATIQUEMENT un bon petit plat maison. . . . . . #Déception #TuonsLeMythe #BlogueuseCulinaireMonOeil #Siamoises @Bordeaux, France

19 Juillet 2019

https://www.instagram.com/p/B0HCtd4Fp_l/

Souvenirs d’enfance de ces feux d’artifice du haut de mes Velux. 14 juillet festifs. Explosions puissantes à nos oreilles, si fortes qu’on croirait que nos cœurs explosent avec.
« Maman, on dirait Mamé qui nous parle ! ».
Somme de deuils.
Yeux noyés.
Touchés mais pas coulés.
Coulants.
Les additions de deuils ça fait beaucoup d’eau qui coule. 
Ça crée des oasis luxuriantes sur des terres arides, sûrement.
Au moins sur les pelouses des stades. @Stade Robert Brettes Merignac

Souvenirs d’enfance de ces feux d’artifice du haut de mes Velux. 14 juillet festifs. Explosions puissantes à nos oreilles, si fortes qu’on croirait que nos cœurs explosent avec. « Maman, on dirait Mamé qui nous parle ! ». Somme de deuils. Yeux noyés. Touchés mais pas coulés. Coulants. Les additions de deuils ça fait beaucoup d’eau qui coule. Ça crée des oasis luxuriantes sur des terres arides, sûrement. Au moins sur les pelouses des stades. @Stade Robert Brettes Merignac

14 Juillet 2019

https://www.instagram.com/p/Bz38Zx4FBVV/ Muriel Ighmouracène's video on Instagram

Mon dernier bébé en bonne place à la merveilleuse maison de la presse Mérignac Mondésir qui gagne à être connue, toute proche de mon nouveau chez moi et tenue par un libraire passionné, en prime juste à côté du petit dernier de ma chère @virginiegrimaldi !
What else ?!
MERCI !
.
.
.
.
.
#JarrêteDeVivreÀParis #QuitterParis #NewLife #SlowLife #Bordeaux #BordeauxMaVille #Mérignac #Mondésir @Maison de la presse  Mérignac Mondesir

Mon dernier bébé en bonne place à la merveilleuse maison de la presse Mérignac Mondésir qui gagne à être connue, toute proche de mon nouveau chez moi et tenue par un libraire passionné, en prime juste à côté du petit dernier de ma chère @virginiegrimaldi ! What else ?! MERCI ! . . . . . #JarrêteDeVivreÀParis #QuitterParis #NewLife #SlowLife #Bordeaux #BordeauxMaVille #Mérignac #Mondésir @Maison de la presse Mérignac Mondesir

12 Juillet 2019

https://www.instagram.com/p/Bz0-QjUlL7f/

{English version below}
.
Heureuse et fière de vous présenter un aperçu de nos séances de travail au sein du conseil consultatif à l’égalité du @g7.
Durant des mois, nous avons élaboré ensemble un texte ambitieux et détaillé rassemblant nos préconisations en faveur du droit des femmes dans les pays du #G7 et du monde entier autour de quatre grands thèmes.
Il sera rendu public dans quelques semaines.
C’est un travail unique, international, riche que nous avons mené ensemble.
Un appel à l’action urgente, à l’action nécessaire, vitale, que nous appuierons de toutes nos forces auprès des dirigeants de ce monde, pour que nos écrits deviennent des actes. .
.
.
 Happy and proud to show you an overview of our working sessions at the @G7 Equality Advisory Council.
During months, we have worked together on an ambitious and detailed text that brings together our advocacy for women's rights in #G7 countries and all around the world on four major themes.
It will be released in a few weeks.
It's a unique, international, rich work that we have done together.
A call for urgent action, necessary action, vital action, that we will support with all our strength in front of the world’s leaders, so that our writings become acts.
.
.
.
.
.
#G7 #G7Equality #Biarritz #Biarritz2019 #GenderEquality #G7Egalité #Feminism #Féminisme #EgalitéHommesFemmes #G7France #G72019 #G7GenderEquality #G7GenderEqualityAdvisoryCouncil #WomensRights #G7Biarritz #G7EgaliteHommesFemmes @Paris, France

{English version below} . Heureuse et fière de vous présenter un aperçu de nos séances de travail au sein du conseil consultatif à l’égalité du @g7. Durant des mois, nous avons élaboré ensemble un texte ambitieux et détaillé rassemblant nos préconisations en faveur du droit des femmes dans les pays du #G7 et du monde entier autour de quatre grands thèmes. Il sera rendu public dans quelques semaines. C’est un travail unique, international, riche que nous avons mené ensemble. Un appel à l’action urgente, à l’action nécessaire, vitale, que nous appuierons de toutes nos forces auprès des dirigeants de ce monde, pour que nos écrits deviennent des actes. . . . Happy and proud to show you an overview of our working sessions at the @G7 Equality Advisory Council. During months, we have worked together on an ambitious and detailed text that brings together our advocacy for women's rights in #G7 countries and all around the world on four major themes. It will be released in a few weeks. It's a unique, international, rich work that we have done together. A call for urgent action, necessary action, vital action, that we will support with all our strength in front of the world’s leaders, so that our writings become acts. . . . . . #G7 #G7Equality #Biarritz #Biarritz2019 #GenderEquality #G7Egalité #Feminism #Féminisme #EgalitéHommesFemmes #G7France #G72019 #G7GenderEquality #G7GenderEqualityAdvisoryCouncil #WomensRights #G7Biarritz #G7EgaliteHommesFemmes @Paris, France

12 Juillet 2019

https://www.instagram.com/p/Bz0aDRTFxxq/ Muriel Ighmouracène's video on Instagram

Ce #G7 ce n’est pas seulement un travail passionnant et des histoires bouleversantes, pas seulement un rapport exceptionnel rédigé par des experts du monde entier pour présenter des lois ambitieuses et très rapidement applicables au sommet de Biarritz, c’est une aventure humaine unique, des rencontres qui connectent profondément en quelques instants - forcément quand on parle lutte contre les mutilations sexuelles ou pour la scolarisation des filles, on n’est pas dans les « small talks », dans la pluie et le beau temps : on se parle d’âme à âme et c’est là, sûrement, qu’on crée de grandes choses.
Et je crois que nous sommes en train d’en créer de grandes...
.
.
.
.
.
#G7 #G7Equality #Biarritz #Biarritz2019 #GenderEquality #G7Egalité #Feminism #Féminisme #EgalitéHommesFemmes #G7France #G72019 #G7GenderEquality #G7GenderEqualityAdvisoryCouncil #WomensRights #G7Biarritz #G7EgaliteHommesFemmes @Élysée – Présidence de la République française

Ce #G7 ce n’est pas seulement un travail passionnant et des histoires bouleversantes, pas seulement un rapport exceptionnel rédigé par des experts du monde entier pour présenter des lois ambitieuses et très rapidement applicables au sommet de Biarritz, c’est une aventure humaine unique, des rencontres qui connectent profondément en quelques instants - forcément quand on parle lutte contre les mutilations sexuelles ou pour la scolarisation des filles, on n’est pas dans les « small talks », dans la pluie et le beau temps : on se parle d’âme à âme et c’est là, sûrement, qu’on crée de grandes choses. Et je crois que nous sommes en train d’en créer de grandes... . . . . . #G7 #G7Equality #Biarritz #Biarritz2019 #GenderEquality #G7Egalité #Feminism #Féminisme #EgalitéHommesFemmes #G7France #G72019 #G7GenderEquality #G7GenderEqualityAdvisoryCouncil #WomensRights #G7Biarritz #G7EgaliteHommesFemmes @Élysée – Présidence de la République française

11 Juillet 2019

https://www.instagram.com/p/BzxOVailzRI/

Et puis parfois elle n’a rien de spécial ta petite gueule fatiguée de fin de journée, coupe à l’arrache pré-bain, invasion de spots au menton, post-ovulation ou pré-menstruels on sait plus très bien à ce stade, valises sous les yeux avec ou sans filtre.
Et TU L’AIMES.
Sans doute comme on aime en jogging les frères et sœurs qu’on s’est choisis, ou nos gosses pas coiffés avec du chocolat autour du bec, ou nos amours qui se baladent devant nous en sous-vêtements distendus avec leurs cicatrices qui dépassent.
Miracle conjoint sans doute de la maturité, de coûteuses années de psychanalyse qui finissent enfin par être rentabilisées, et de quelques heures à se traiter comme une reine, à se traiter comme on traite ceux qu’on aime en convalescence qui récupèrent, qui se réparent, qui guérissent, qui résilient, doucement mais sûrement.
C’est peut-être aussi qu’on arrive à voir tout ce qui nous constitue sans plus en renier une miette, c’est peut-être qu’on peut enfin montrer au monde et à soi sa vulnérabilité, sa petite bouche pincée, sans sentir la nécessité vitale de se planquer sous sa cape de guerrière ni sous celle d’humoriste du dimanche.
C’est, peut-être, que je vois dans ces yeux-là la beauté de celle qui s’échappe quelques jours pour donner son temps à des causes beaucoup plus grandes qu’elle, et qui se retrouve au passage, au détour d’un virage.
La beauté de redevenir femme pour 72 heures quand on est mère à plein temps depuis si longtemps.
C’est tout ça que j’ai vu et bien plus encore ce soir, avec un élan d’amour pour ce reflet, ces imperfections, ces petits détails, un élan d’amour comme je sais si souvent en créer pour les autres et pourtant si rarement pour moi.
Jusqu’à maintenant ?
Jusqu’à maintenant. @Paris, France

Et puis parfois elle n’a rien de spécial ta petite gueule fatiguée de fin de journée, coupe à l’arrache pré-bain, invasion de spots au menton, post-ovulation ou pré-menstruels on sait plus très bien à ce stade, valises sous les yeux avec ou sans filtre. Et TU L’AIMES. Sans doute comme on aime en jogging les frères et sœurs qu’on s’est choisis, ou nos gosses pas coiffés avec du chocolat autour du bec, ou nos amours qui se baladent devant nous en sous-vêtements distendus avec leurs cicatrices qui dépassent. Miracle conjoint sans doute de la maturité, de coûteuses années de psychanalyse qui finissent enfin par être rentabilisées, et de quelques heures à se traiter comme une reine, à se traiter comme on traite ceux qu’on aime en convalescence qui récupèrent, qui se réparent, qui guérissent, qui résilient, doucement mais sûrement. C’est peut-être aussi qu’on arrive à voir tout ce qui nous constitue sans plus en renier une miette, c’est peut-être qu’on peut enfin montrer au monde et à soi sa vulnérabilité, sa petite bouche pincée, sans sentir la nécessité vitale de se planquer sous sa cape de guerrière ni sous celle d’humoriste du dimanche. C’est, peut-être, que je vois dans ces yeux-là la beauté de celle qui s’échappe quelques jours pour donner son temps à des causes beaucoup plus grandes qu’elle, et qui se retrouve au passage, au détour d’un virage. La beauté de redevenir femme pour 72 heures quand on est mère à plein temps depuis si longtemps. C’est tout ça que j’ai vu et bien plus encore ce soir, avec un élan d’amour pour ce reflet, ces imperfections, ces petits détails, un élan d’amour comme je sais si souvent en créer pour les autres et pourtant si rarement pour moi. Jusqu’à maintenant ? Jusqu’à maintenant. @Paris, France

10 Juillet 2019

https://www.instagram.com/p/Bzv8Nc6lyue/

Pourquoi est-ce que c’est si difficile, de s’arrêter ?
De ne rien faire ?
De rester là, le cul dans l’herbe et l’œil au ciel, à ne juste rien branler sans regarder l’heure ?
À quel moment nos to-do list ont tué la sérenpidité en nous, la créativité, l’ennui qui précède les grandes idées ?
Qu’est-ce qui nous pousse inexorablement à nous priver de la douceur de ces après-midis où plus rien d’autre ne compte que le vent dans les arbres, le chant des oiseaux, et que les oies restent assez près pour qu’on les admire et assez loin pour ne pas nous pincer le cul ?
C’est facile de quitter Paris et de devenir cette meuf qui a toujours une pince à tiques et un paréo dans son sac.
C’est plus long de réapprendre qu’on a le temps de vivre, le droit de vivre, qu’être suffit à justifier notre existence :
Nous n’avons rien besoin de faire pour mériter d’être. 
Nous sommes des êtres. 
D’ailleurs, moins on en fait, mieux la planète se porte. 
Coïncidence ?
Je ne crois pas.
Sauvons la planète : ne branlons plus rien, sauf nous-mêmes.
.
.
.
.
.
#NewLife #SlowLife #Bordeaux #BordeauxMaVille #Sérenpidité #Serenpidity #NeBranlonsRienSaufNous #NoFilter @Parc de Bourran

Pourquoi est-ce que c’est si difficile, de s’arrêter ? De ne rien faire ? De rester là, le cul dans l’herbe et l’œil au ciel, à ne juste rien branler sans regarder l’heure ? À quel moment nos to-do list ont tué la sérenpidité en nous, la créativité, l’ennui qui précède les grandes idées ? Qu’est-ce qui nous pousse inexorablement à nous priver de la douceur de ces après-midis où plus rien d’autre ne compte que le vent dans les arbres, le chant des oiseaux, et que les oies restent assez près pour qu’on les admire et assez loin pour ne pas nous pincer le cul ? C’est facile de quitter Paris et de devenir cette meuf qui a toujours une pince à tiques et un paréo dans son sac. C’est plus long de réapprendre qu’on a le temps de vivre, le droit de vivre, qu’être suffit à justifier notre existence : Nous n’avons rien besoin de faire pour mériter d’être. Nous sommes des êtres. D’ailleurs, moins on en fait, mieux la planète se porte. Coïncidence ? Je ne crois pas. Sauvons la planète : ne branlons plus rien, sauf nous-mêmes. . . . . . #NewLife #SlowLife #Bordeaux #BordeauxMaVille #Sérenpidité #Serenpidity #NeBranlonsRienSaufNous #NoFilter @Parc de Bourran

8 Juillet 2019

https://www.instagram.com/p/BzqICsLFxry/

Tout est si facile sur Insta.
Filtres smiles couleurs cadre parfait.
En vrai entre ces beaux instants capturés, ces quelques secondes / minutes / heures de félicité, ça tape et ça tiraille et ça secoue sévère.
Pour nous tou.te.s, non ?!
L’important peut-être sûrement c’est d’accepter les secousses les downs les deuils les fins.
Pour mieux accueillir, je sais bien, les prochains instants de sérénité les grands hauts et les nouveaux débuts vertigineux et pleins de promesses qu’on n’aurait jamais cru se faire.
Mais GOD, entre temps, entre deux, comme ça tord dedans, comme on se demande par moments si on ne jetterait pas l’éponge pour de bon.
Et puis non :
Garder le cap le coude levé, le sourire aux lèvres, la fraise au verre et les seins au vent.
Ça porte ses fruits, forcément.
.
.
.
.
.
#QuitterParis #Bordeaux #BordeauxMaVille #NewLifeSlowLife #Boobsthérapie @Caudéran, Aquitaine, France

Tout est si facile sur Insta. Filtres smiles couleurs cadre parfait. En vrai entre ces beaux instants capturés, ces quelques secondes / minutes / heures de félicité, ça tape et ça tiraille et ça secoue sévère. Pour nous tou.te.s, non ?! L’important peut-être sûrement c’est d’accepter les secousses les downs les deuils les fins. Pour mieux accueillir, je sais bien, les prochains instants de sérénité les grands hauts et les nouveaux débuts vertigineux et pleins de promesses qu’on n’aurait jamais cru se faire. Mais GOD, entre temps, entre deux, comme ça tord dedans, comme on se demande par moments si on ne jetterait pas l’éponge pour de bon. Et puis non : Garder le cap le coude levé, le sourire aux lèvres, la fraise au verre et les seins au vent. Ça porte ses fruits, forcément. . . . . . #QuitterParis #Bordeaux #BordeauxMaVille #NewLifeSlowLife #Boobsthérapie @Caudéran, Aquitaine, France

6 Juillet 2019

https://www.instagram.com/p/BzlfDNbFpT8/

Quand ta pote s’assure que ta #boobsthérapie est AU TOP.
.
.
.
.
. 
#GirlsNightOut #FridayNightFever #NewLife #SlowLife #QuitterParis #Bordeaux #BordeauxMaVille @Bar Chez Fred

Quand ta pote s’assure que ta #boobsthérapie est AU TOP. . . . . . #GirlsNightOut #FridayNightFever #NewLife #SlowLife #QuitterParis #Bordeaux #BordeauxMaVille @Bar Chez Fred

5 Juillet 2019

https://www.instagram.com/p/BzjFF6jFZRE/

1 2 > >>