Si on regarde du bon côté des choses, un dilemme, c'est souvent un problème de riche:

C'est avoir quelque chose à gagner selon le choix qu'on fait, ou bien que l'on possède quelque chose d'assez important pour craindre de le perdre...  

Par exemple, si on doit choisir entre la peste et le choléra, ce n'est pas vraiment un dilemme - encore que médicalement, sous nos latitudes et avec une carte vitale, le choléra me semble plus attrayant...  

Un dilemme c'est avoir le choix.

Et ça, ça me paralyse.

Pourtant, j'ai pris des décisions comme faire un enfant, me pacser, quitter mon boulot, me refaire une frange...  

Oui mais voilà: à chaque choix que je fais, aussi infime soit-il, je trace un nouveau sillon de ma route dans telle ou telle direction, et m'éloigne d'autres chemins.  

Et si les autres chemins étaient paradisiaques ? Et si je me plantais ? Et si je ratais un truc DINGUE au prochain virage ?

Paradoxalement, de mauvais choix ou des coups du sort m'ont déjà menée sur des routes de rêve, et je garde cette lumière en tête quand ma voie s'assombrit...  

Quand c'est une décision viscérale, vitale, qui vient des tripes: c'est simple.

Aussi difficile que soit la décision à prendre, car je suis une intuitive, je marche à l'instinct, au feeling, au coup de coeur, au coup de tête. Je fonce sans trop réfléchir, avec la certitude que c'est droit devant qu'il faut aller.  

Quand il n'y a que la raison à mettre en balance, je suis paralysée.

Je ne sais pas être raisonnable. Je ne reconnais pas le raisonnable.

Je trouve qu'il est raisonnable de prendre des risques.

Mais prendre des risques, est-ce bien raisonnable ?  

Aujourd'hui j'ai à faire un choix qui ne me séduit pas, mais que 95% de la population mondiale trouverait merveilleux, je crois.  Aujourd'hui j'ai envie de dire non à une proposition qui ne se représentera peut-être pas une seconde fois, et que je pourrais regretter plus tard.

Parce qu'aujourd'hui, elle ne fait pas battre mon cœur - qui s'affole pourtant comme un compteur Geiger à Fukushima dès qu'un projet excitant pointe le bout de son nez.  

Et si être raisonnable, c'était juste écouter ses envies plutôt que celles des autres ?

2644635-bon-choix-mauvais-signe-choice-route-isolee-sur-fon.jpg

Retour à l'accueil