J'avais raconté ici, tout au début de ce blog, l'aventure de la première séance d'haptonomie...haptonomie-bebe-grossesse.jpg

Ce que j'avais moins développé, c'est qu'avec la Madame de l'hapto, le feeling n'était pas vraiment passé.

Je devrais plutôt dire, vraiment pas passé...

Tant et si bien qu'à la séance suivante, il n'y a pas eu d'hapto, mais "règlement de comptes", où je lui ai dit tout ce qui n'était pas du tout passé la première fois et qui était resté en boule dans mon coeur...

L'espoir étant de repartir sur des bases nouvelles, sachant que pour ce genre d'échanges s'il n'y a pas de confiance et de bien-être, mieux vaut passer sa route...

Après un entretien plutôt satisfaisant, Homme et moi étions prêts à retenter l'aventure avec la dame, jusqu'à ce que des ondes négatives glaciales ne traversent la pièce à la toute fin de nos débats.

Bref, à peine franchi le seuil de la porte, nous nous sommes mis d'accord en un regard sur le fait que nous ne continuerions pas avec elle.

J'ai donc contacté une de mes connaissances qui est elle-même haptothérapeute pour qu'elle me RECOMMANDE des personnes qui puissent nous convenir.

J'ai ensuite appelé ces dites personnes et me suis pris un mur: Elles étaient toutes archi complètes...

J'ai finalement pu en convaincre une de nous faire une petite place, dans l'après-midi.

Homme a dû poser une demi-journée mais tant pis, on y tient trop.

C'était hier.

A deux pas de Bastille.

Ce qui est très drôle quand on pense qu'hier nous étions le 27 mai, jour de mouvements sociaux, et que la manif allait à...Bastille !!!

Bref, nous nous sommes arrangés pour y être à l'heure, avons pas mal marché: je dis ça parce que le rythme n'est plus le même pour moi et à bientôt 4 mois de grossesse je commence déjà à avoir mal dans le bas ventre quand je marche trop et trop vite.

Nous voilà en bas.

Nous sonnons à l'interphone: personne.

Nous sonnons 3 fois en tout.

Rien.

Un homme sort de l'immeuble, nous en profitons pour entrer, montons.

Nous sonnons à la porte, rien.

La porte est entrouverte, nous entrons.

Une femme est dans le couloir/salle d'attente, c'est un cabinet avec plusieurs médecins, nous entrons et nous asseyons.

Quelques minutes plus tard une femme apparaît, j'espère que c'est elle et en même temps pas, c'est une vieille bourge classe, glaciale et coincée, vraiment pas mon délire.

Elle appelle la dame avant nous, qui entre dans son cabinet, puis elle s'adresse à nous:

"Madame HAPTO (appelons-la comme ça...) est souffrante. Elle est vraiment désolée. Elle a pu prévenir tous ses patients sauf vous, elle n'avait pas noté vos coordonnées."

Je l'ai regardée comme s'il elle m'annoncait le décès simultané de toutes les comédiennes de Desperate Housewives.

Et puis, j'ai fondu en larmes.

Les hormones + mon hypersensiblité de base, c'est un cocktail explosif...

Voilà 3 fois que nous nous déplaçons pour venir à la rencontre de ce bébé.

Et 3 fois que la route est barrée.

J'ai l'habitude de contourner les obstacles et le voit comme une épreuve pour mériter le Graal.

Quand c'est trop simple, ça cache quelque chose.

Mais là...

Quel acharnement !

J'en viens, horriblement, à penser que ce bébé ne veut pas que nous nous rapprochions de lui.

C'est con, je sais, mais ça me rend très triste.

Et l'idée d'appeler à nouveau par monts et par vaux pour entendre sans cesse la même réponse me décourage d'avance...

 

Sommes-nous des maudits de l'haptonomie ?

 

Edit:

Pour toutes mes collègues baleines qui seraient tentées par l'haptonomie, et au vu des requins qui commencent à montrer leurs dents sur mes articles dédiés au thème, voici le lien vers le CIRDH, Centre International de Recherche et de Développement de l'Haptonomie, SEUL ORGANISME à vous indiquer qui sont les bons et les méchants, et qui peut vous transmettre sur simple demande par mail la liste des praticiens agrées sur toute la France.

Parce que trouver la bonne personne, ça ne coule pas de source...


Rendez-vous sur Hellocoton !

Retour à l'accueil