ecluse.1189972307.jpg

 

Je sais.

Le titre de ce billet t'inquiète déjà quant au contenu qu'il est susceptible de véhiculer.

Symboliquement, l'écluse, ça peut aller loin...

Moi non plus je ne me sens pas à l'abri du dérapage.

Mais sans risque, la vie vaut-elle d'être vécue ?!!

Je dis NON, mais tout le monde ici SAIT que je suis une aventurière:

Je suis VOLONTAIREMENT tombée enceinte.

 

D'ailleurs sache que je t'écris là tout de suite vautrée sur le flanc gauche, à califourchon sur mon énoooooorme...coussin d'allaitement.

Une Indianette Jones je suis.

 

Mais ne te méprends pas, Lecteur, Lectrice...

Entre deux missionnaires, j'aime mon petit confort.

James Bond dort-il sous la tente après moultes cascades ?

Non, l'homme dort dans un lit et une bitch, tous deux 5 étoiles...

 

S'il est un confort dont je ne saurais me passer, malgré mes convictions écolos, c'est le BAIN.

 

Le bain c'est un moment absolument magique pour moi, et bien équipée je peux y passer 3 à 4h sans problème.

Bouteille d'eau sur le rebord, tabouret pour poser mon phone et quelques livres, tablette pour poser le Mac de mon homme quand j'arrive à lui braquer (5 heures d'autonomie contre 5 mn pour mon PC de merde, c'est juste incomparable) pour matter telle ou telle série.

 

Comme j'ai bien compris que ma vie allait être complètement merdique chamboulée d'ici maximum 6 semaines, et que je suis ENFIN en vrai congé mater, je vis intensément ma vie de cétacé domestique.

 

Malheureusement, ma baignoire n'est pas du tout comme ça (ou peut-être heureusement car je n'en sortirais plus...):

Grande-baignoire-lumiere-tamisee-et-musique-douce1_article_.png

Aussi, je dois subir quelques désagréments directement liés ma récente (et néanmoins considérable...) augmentation de volume.

Déjà, je frôle le débordement de baignoire dès que je me glisse dedans.

Normal, je REFUSE de considérer que mon corps prend plus de place, je remplis donc la bagnoire à ras bord, comme "avant".

Mon mec tremble à chaque fois que je m'y glisse (dans la baignoire...).

Enfin que je m'y glisse.

Façon de parler.

Que j'y tombe serait plus juste.

Parce qu'une fois que je suis debout dans le bain, il faut s'asseoir.

Jusque là tout le monde suit n'est-ce pas ?

Mais pour ce faire, il faut se tenir aux rebords de la baignoire et maîtriser sa descente.

Pour les rebords, tout va bien, j'ai toujours deux bras.

Pour la maîtrise, par contre, c'est la loose totale, l'équation gros gros boule + gros gros bide + gros nichons potentialisant CONSIDERABLEMENT les effets de l'attraction terrestre.

Quelques vagues, un "floc" un peu humiliant qui indique que je suis (indirectement pour l'instant...) à l'origine d'une grosse flaque à côté de la baignoire, mais je m'en fous je reste dans le déni.

L'autre truc un peu moyen, c'est que ni mon bide, ni mes seins ne tiennent désormais sous la surface de l'eau.

Je feinte, trois tonnes de mousses font une couverture éphémère pour que je ne me pèle pas les miches, mais au bout de 2 ou 3 heures, plus de mousse...

Autre astuce, je mets de l'huile d'olive (bio bien sûr...) dans mon bain, ce qui en plus de nourrir ma peau de modeste déesse et de me donner le fol espoir d'échapper aux vergetures, crée une sorte de film protecteur sur moi et me garde au chaud.

Jusque là finalement, tout va plutôt bien.

Là où ça se gâte, c'est plus tard.

Le premier grand moment de solitude, c'est quand je m'agite (non non je ne déraperais pas...) dans le bain pour me laver les cheveux, le corps, etc, et que je reste subitement ventousée du bas du dos à la baignoire, dans un grand moment de panique type claustro où je me dis:

"Oh my God ! Mais quelle HOR-REUR !!! Et si je n'arrivais pas à me déventouser ? Je devrais appeler les pompiers ?!!"

Ca me donne l'impression d'être une énorme gélatine visqueuse.

 

Et là, deux solutions:

 

- Soit je mets un doigt...entre la paroi de la baignoire et la peau de mon dos.

De fait, ça déventouse, c'est bien connu.

 

- Soit je m'élance en avant dans un grand moment de panique et je force, ce que je fais le plus souvent en grosse brutasse écervelée.

Ca marche aussi, mais avec un bruit...

Un bruit HORRIBLE.

Un bruit de beaucoup d'air qui passe très fort très vite dans de la chair humaine, tu vois ?

 

J'ai donc dû dire à mon mec, il y a deux jours:

" C'est pas moiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii"

Puis j'ai soudain réalisé que c'est ce que je dis habituellement quand C'EST MOI, et je me suis décomposée en réalisant qu'à cet instant il devait imaginer que ce bruit était venu du tréfond de mes intestins, et avait traversé des litres d'eau pour lui exploser à l'ouïe subitement avec autant d'intensité...

Mieux ou pas, je ne sais pas, mais j'ai précisé:

"Nan mais si c'est moi, je suis tellement grosse que je fais ventouse au fond de la baignoire..."

Il a ri.

Putain c'est beau l'amour quand même...

J'aurais voulu me noyer mais j'ai plus la place de mettre ma tête sous l'eau non plus.

 

Pour finir, j'ai ouvert la bonde et attendu que l'eau sécoule pour regagner la terre ferme.

 

Mais là, le pire est arrivé.

J'ai réalisé que je suis non seulement une ventouse, mais aussi une écluse:

 

Toute l'eau de la baignoire AVANT mon cul et mes cuisses s'est tranquillement écoulée, pendant qu'un immense lac artificiel s'était formé DERRIERE mon boule et mes cuissots...

 

La grossesse, un moment merveilleux ??!

Un bobard inventé par des connasses qui ne prennent que des douches.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Retour à l'accueil