Pendant mes vacances, e-zabel m'a fait l'honneur de me demander d'écrire un article pour son blog.

C'est donc hier que je me suis invitée chez elle pour y raconter mon écho du 5ème mois, il y a déjà plus d'un mois et demi...

A ton tour, lecteur, lectrice, de le découvrir ici, ou sur le blog d'e-zabel, que je te recommande chaleureusement, voire sur les deux blogs c'est comme tu le sens !

 

20080323-nounours-cotillons-450.jpg

Dans la vie, il y a des moments si surréalistes qu’on tourne la tête à la recherche désespérée d’une caméra qui justifierait l’absurdité d’un instant T…

Mais, on ne le dira jamais assez : La réalité dépasse la fiction.

Le lundi 12 juillet, dans des circonstances déjà un peu hallucinantes, je me rendais avec ma mère à l’écho du 5ème mois.

En effet, Homme, pour des raisons professionnelles, avait décidé de ne pas venir, pour ne pas « abuser » auprès de son employeur…

Mouais…

En prime, nous étions fâchés depuis quelques jours et j’avais pris la poudre d’escampette, pour aller trouver refuge auprès de mes sœurs de cœur, avec lesquelles j’avais passé des moments géniaux, comme seules les filles peuvent en vivre entre elles, avec blagues salasses autour du périnée inside.

Le matin de ce lundi, donc, rendez-vous à 10h dans un hôpital que je ne connais pas, avec l’espoir qu’Homme a tout lâché pour me retrouver là-bas avec un bouquet géant, non, un bouquet je m’en fous, une énorme boîte de chocolat ou un bon pour un dîner gastronomique le soir même.

Néanmoins, j’ai peu d’espoir, sachant l’Homme peu dégourdi (Homme + peu dégourdi = Pléonasme...) et n’ayant pas eu le moindre texto depuis mon réveil.

Heureusement ma mère est à l’heure (mamaaaaaaaaaan !!!) , détendue et soutenante.

Quant à moi, je suis à fleur de peau à l’idée de vivre ce moment si important sans le futur papa, un peu furax contre lui aussi, mais pas une seconde inquiète quant à ma fille, je suis persuadée qu’elle va très bien.

J’arrive à l’accueil.

« Bonjour, j’ai RDV avec le Docteur Ross (bon, je change le nom, vous l’aurez compris hein…) à 10h pour une écho ». « Le Docteur qui ?! (A elle je lui ai dit le VRAI nom hein, j’suis pas débile…) »

Je marque une seconde d’hésitation, lève un sourcil, cherche une caméra cachée.

Je regarde ma mère pour être sûre que j’ai bien articulé, enfin que j'ai parlé quoi…

« Le Docteur Juliette Ross, j’ai rendez-vous pour l’écho du 5ème mois ».

La secrétaire me regarde comme si je lui avais annoncé que Georges Clooney allait me faire un frottis, elle ricane.

« Ah mais je ne connais pas le Docteur Ross, moi… »

Je reste incrédule, elle me dit ça si naturellement que je n’ai même pas (encore) envie de lui en coller une.

J’attends quelques secondes qu’elle me propose une autre solution pour qu’on arrive à s’entendre, ça ne vient pas, elle attend visiblement que le salut vienne de moi.

Je tente :

« Euh sinon vous ne pouvez pas me retrouver avec mon nom ? Parce que mon nom, ça je m’en souviens et j’en suis sûre… » Elle glousse.

« Ah mais nan parce que moi j’ai la liste par médecin, et je connais pas le Docteur Ross alors… »

Elle me regarde à nouveau, attendant que je trouve la solution.

Cette fois, la paume de ma main me démange franchement.

Il est 9h55.

Mon mec n’est pas là.

Et j’ai RDV avec la femme invisible.

Le sol s’ouvre sous mes pieds, je me dis que je ne vais pas avoir d’écho, mais comment je vais trouver un autre RDV

en urgence en plein été, j’ai dû me tromper d’hôpital.

Je respire un grand coup, je dis à ma mère

« Je te laisse gérer ça je vais craquer », je m’éloigne de quelques pas.

Les larmes me montent aux yeux, en sortent un peu.

Un couple arrive.

J’entends « Bonjour, nous avons RDV avec le Docteur Ross ».

Je me ressaisis : je ne suis donc pas COMPLETEMENT barge, c’est le bon endroit, et le bon nom !

Ca ressemble de plus en plus à une caméra cachée…

Le couple est mieux renseigné que moi, et face à l’incrédulité de la grognasse secrétaire de l’accueil, ils lui disent avec douceur :

« Mais oui, c’est la remplaçante du Docteur Carter ! (on aime Urgences ou on aime pas…) ».

Hop hop, en quelques secondes tout est rentré dans l’ordre, et nous voilà assises dans la salle d’attente.

Une discussion s’engage à bâtons rompus avec le couple, leur histoire est extraordinaire, ils ont une grande qui a 12 ans, et elle est enceinte du 2ème, qu’ils essayaient d’avoir depuis…9 ans !!!

Elle, c’est une ancienne obèse, elle a subit une lourde opération pour maigrir, un by-pass je crois ou un truc comme ça, car on pensait que son infertilité était en rapport avec son poids, et bingo quelques mois après elle tombait enceinte.

Tous deux ont des histoires de vie incroyables, on n’a de cesse d’échanger, je ne vois pas le temps passer.

Toujours pas de news d’Homme, je lui envoie un texto assassin lui disant qu’à défaut d’être présent il aurait au moins pu m’envoyer un message, ça ne lui ressemble pas.

Il me répond illico, il a posé sa matinée pour me faire une surprise, mais il croit que l’écho a lieu à 12h à un autre endroit, la faute à un premier rendez-vous qui avait été annulé.

Les mecs, y a pas à dire, ils impriment rien dans leur tout petit cerveau de moineau.

Mais j’ai tellement envie qu’il soit là, même s’il est atrophié du bulbe…

Je lui envoie toutes les coordonnées par texto, lui dit de prendre un taxi, tant pis on s’en fout, de se speeder à mort. Il en a au moins pour 45mn à venir jusqu’à nous, il est déjà 11h, mais on nous a dit qu’il y a avait du retard.

En même temps, on avait remarqué, vu l’heure, mais notre discussion nous passionne tous les 4 et le temps passe vite.

Le Docteur Ross m’appelle, Homme n’est pas là.

Je me lève et, au lieu de lui dire que je vis avec un brise-burnes débile qu’est même pas foutu de trouver un taxi et de percuter un lieu + une heure de RDV, je lui annonce que mon merveilleux compagnon a pu se libérer in extremis pour me faire la merveilleuse surprise d’arriver dans les minutes à venir, et que mes nouveaux amis seraient ravis de prendre ma place…

Gina et son homme passent donc devant nous, j’attends le mien en stress, il arrive enfin.

Mais qu’est-ce qu’il est beau, quand même…

Encore quelques minutes, Gina et son homme sortent, tout va bien pour eux, ils passent nous le dire et charrier un peu mon mec au passage.

Nous voilà tous 3 à l’écho, c’est très drôle, d’être là allongée et de voir la tronche d’Homme et de ma mère, tous deux les yeux rivés sur l’écran.

J’ai envie de leur dire « Ouh ouh j’suis là les boulets j’existe !!! », mais je sens la dame bien trop stressée par ses 2 heures de retard pour tenter l’humour.

Je me marre intérieurement parce que je sens ma fille bouger dans tous les sens, et l’échographe me dit

« Ben dites-donc, faut être rapide avec votre bébé hein ! »

Ben ouais, c’est une flèche qu’est-ce que tu veux…

 

Fin de l’écho moins drôle avec l’annonce d’une malformation cardiaque, autant dire que j’ai été pseudo en état de choc et que je suis rentrée fissa dans mon sweet home pour faire corps avec mon homme (oui, bien sûr, et AUSSI me réconcilier sur l’oreiller…).

J’ai réussi dès le lendemain matin à obtenir une échographie cardiaque fœtale à l’Institut de Puériculture de Paris pour le mardi suivant, les meilleurs en la matière.

Et j’ai passé cette (très longue) semaine à mentaliser que je réparais le cœur de mon babe, un peu comme avec les petits bonshommes de « Il était une fois la Vie » vous vous souvenez ?

Et ben, je ne sais pas si j’ai réussi, ou s’il ne faut juste pas faire confiance aux médecins blonds, mais la semaine suivante, c’est un cœur parfait qu’on a pu admirer à l’écho cardiaque, et nos deux cœurs de parents ont pu sortir du pressoir qui les maintenait depuis une semaine.

 

La vie a définitivement plus d’humour que nous…

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Retour à l'accueil