Avant, pour moi, une crevasse c'était ça:

Crevasse1.jpg

Ce qui me laissait assez froide, sans vouloir faire de mauvais jeu de mots, parce que la neige, la montagne, tout ça, c'est pas trop mon délire, la crevasse ne m'a jamais semblé être une menace pour moi.

Et puis, c'est beau non ?

Mais tout ça, c'était avant.

Avant que je n'associe le mot crevasse à ça:

Mamelons-crevasses-5.jpg

Photo: Lactitude - Formation des professionnels de Santé - Consultations d'allaitement

Et là, c'est le drame...

Dans mon malheur, j'ai eu du bol: ça n'a duré que quelques jours, et pas au point de me faire lâcher l'affaire.

Mais je commençais à y songer...

Je sens que je ne vais pas faire dans le billet super délire sur ce coup-là, mais plutôt parler de celle qui a sauvé mon allaitement:

Elle s'appelle Véronique Darmangeat, et elle est Consultante en Lactation.

Et désormais je l'aime d'amour.

Après un démarrage d'allaitement un peu hard mais pas complètement foireux non plus à la maternité, et une équipe hospitalière plus encline à vouloir me prendre mon bébé pour la nuit, me forcer à lui donner du lait artificiel ou me sortir des conneries du genre "mais vous ne pouvez pas nourrir un bébé de 5 kilos...", j'ai appelé Véronique avant même ma sortie.

J'avais eu le plaisir de la rencontrer il y a quelques mois, et c'est elle qui m'avait fait connaître la profession de consultante en lactation, profession reconnue à l'échelle internationale, assez récente et surtout très pointue dans son domaine, elle avait donc toute ma confiance.

J'ai accouché le vendredi, je sortais du purgatoire de la maternité le mardi, et l'après-midi même Véronique était chez moi.

Non sans mal d'ailleurs, car la pauvre a dû sonner et taper 15 mn à notre porte avant que nous lui ouvrions, après ce séjour merdique nous dormions tous les 3 hyper profondément, on a eu trop honte...

(Qui m'a dit qu'à la maternité on pouvait se reposer ?!).

J'étais un peu inquiète de la cause des crevasses, je re comprenais pas, car j'avais bien capté que si l'allaitement fait mal c'est qu'il y a un souci.

En fait il s'agissait juste de mauvaises positions, alors qu'étant assez calée niveau théorie j'étais persuadée d'avoir les bonnes.

Pour soigner les crevasses que je me tapais, plutôt que de me tartiner de Lansinoh (crème ultra grasse recommandée contre les crevasses) comme je le faisais depuis quelques jours, elle m'a conseillé de mettre du colostrum ou du lait maternel sur une compresse, puis de faire un pansement occlusif (c'est à dire fermé) avec du film étirable.

Ok, pas super glamour malgré mes sublimes soutifs d'allaitement, mais juste Mi-RA-CU-LEUX:

Quelques heures plus tard, je n'avais plus rien, plus mal, plus de plaie.

(Dire que j'étais partie pour un billet à raconter nawak, mais nan là franchement si ça peut en aider d'autres c'est TROP important).

Alors voilà, son blog c'est "A tire d'ailes" et c'est ici.

Si vous regardez les Maternelles, elle y était invitée la semaine dernière pour un sujet sur l'allaitement et la reprise du travail, c'est un peu sa spécialité.

Non non, je n'ai pas eu de consultation gratuite pour vous dire tout ça, elle en sera sans doute la première surprise, mais quand on croise des fées comme ça sur sa route, on est une sacrée bitch si on en fait pas profiter les copines...

Et si tout le monde semble se liguer pour faire culpabiliser à mort les mamans qui optent pour le biberon, j'ai pu tester et désapprouver pour vous à quel point j'ai eu l'impression d'être une hérétique de tenir à ce point à allaiter Miss Bordel.

Etrange société qui se permet non seulement de juger les choix des uns et des autres, mais en plus de ne jamais en cautionner aucun...

Retour à l'accueil