rentree-2.jpg

 

 

Je vais casser le moral de celles et ceux qui sont encore en vacances...

En même temps, hein, si vous êtes en vacances, vous devriez être sur une plage ou un bateau, pas sur le web quoi !

 

Bon, voilà, aujourd'hui c'est ma rentrée à moi...

Vendredi j'ai retrouvé mon sweet home, euphorique, après presque 3 chouettes semaines dans le sud et beaucoup de temps passé avec des gens que j'aime et que je ne vois pas assez....

 

Ma rentrée à moi.

Samedi je n'ai pas pu m'empêcher de passer au boulot, pour avoir un aperçu de ce qui m'attend.

Depuis, j'ai hâte de reprendre, de régler pas mal de choses, d'avancer...

Et puis là, je suis un peu ambivalente.

J'ai envie d'y aller, c'est vrai, mais le désagréable sentiment que j'avais eu en début de grossesse revient, celui d'abandonner mon poste et mon équipe.

Du coup, mon envie de reprendre est teintée d'un malaise diffus, qui se dissipera sans doute dans les semaines à venir, quand je bosserais avec ma merveilleuse remplaçante et que je verrais bien que mon "bébé" est entre de bonnes mains.

 

Je regrette un peu de ne pas avoir autant de projets qu'aux rentrées précédentes, c'est très con puisque j'ai le projet de mettre un être humain sur terre dans 3 mois, mais je ne réalise toujours pas...

J'entre dans mon 7ème mois de grossesse samedi prochain, j'ai 3 tiroirs gavés de vêtements de bébé, un ventre énorme (et je m'abstiens de parler de mon cul...), une sublime poussette prune, et je ne réalise pas...

Je l'appelle par son prénom, je la calme entre mes mains quand je la sens bouger comme une dingue dans mon ventre, je l'aime.

Je l'aime fort.

 

J'ai l'impression d'être enceinte depuis 1 an (c'est l'effet fausse couche ça je pense) et que rien ne va venir...

Comme si l'état de grossesse était dissocié du fait d'avoir un enfant.

Je regarde les bébés en essayant de me dire que dans maxi 3 mois j'en ai un comme ça sous mon toit.

Rien n'y fait.

Pas même ce long moment passé avec le sublime petit Oscar jeudi dernier, un long moment dans mes bras, avec biberon inside, et longs échanges de regards.

Ca ne me semble pas réel.

C'est con, hein ?!

 

Je suis en congé maternité début octobre.

J'ai hâte.

J'ai peur.

Il me tarde de m'arrêter.

C'est ce que j'appréhende le plus.

C'est pas que je sois un bourreau de travail, mais je suis très investie dans mes activités, et j'ai peur de mal vivre d'en être "exclue" pour un temps.

En gros, pour l'instant je vois le mauvais côté: l'isolement, sans voir le bon: il paraît qu'un bébé c'est bien tout ça tout ça...

Et puis c'est tout moi, je me plains souvent d'avoir trop de responsabilités, mais j'angoisse de les lâcher...

Mais ce que c'est compliqué ces gonzesses...

J'me fatigue !

 

Mais faut dire, c'est très con de faire une rentrée pour à peine un mois et demi de taf, nan ?!

 

Bon, je sais, j'ai pas fait dans le super-méga-top billet délire pour ce lundi, mais si vous me suivez depuis un moment vous savez que je préfère être authentique dans les moments de doute, plutôt que de faire dans l'humour forcé (et du coup vraiment pas drôle), on est entière ou on l'est pas !

 

N'ayez pas peur, je me rattrappe demain...

 

Et vous, comment avez-vous vécu/vivez-vous/envisagez-vous votre congé maternité voire parental, ou celui de votre compagne ?

Et les pas-encore-pondeuses, imaginez-vous que vous vous barrerez loin de votre boulot quelques mois le moment du démoulage venu, ou qu'au contraire votre idole en la matière est Rachida Dati ?!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Retour à l'accueil