Deux semaines après le retour de la maternité, entre le froid glacial qui menace ma Miss Bordel et la fatigue et les douleurs du post-partum que j'avais sous-estimées (je pensais qu'une semaine après la naissance je serais en vadrouille par monts et par vaux, l'espoir fait vivre et se reproduire...), voilà que je n'avais pas pu sortir une seule fois, et que j'avais été contrainte d'annuler tout ce que j'avais pu prévoir à la dernière minute.

Hier, j'ai ENFIN réussi à me motiver pour sortir, ou plutôt j'étais déterminée à enfin bouger tant je n'en pouvais plus de rester enfermée.

Ainsi nous nous sommes mis en route tous les 3 pour la PMI, afin de peser notre Barbie Sumo.

Bien sûr, avec ses 4810 à la naissance il n'y avait pas de quoi s'affoler, mais on m'avait bien mis la pression à la mater sur le thème allaiter un bébé de 5kg c'est pas possible, on vous laisse sortir mais elle ne reprend pas encore de poids, gna gna gni, faudra aller à la PMI dans la semaine.

Bon dans la semaine c'était juste pas possible encore, et puis j'ai bien vu que les quelques sapes taille 1 mois qu'elle pouvait enfiler à la mater ne lui allaient plus, puisqu'on l'habille en 3 mois.

Homme rentre du boulot, je suis au taquet.

J'enfile l'écharpe (billet à venir très bientôt sur l'atelier Je Porte Mon Bébé auquel j'ai participé avant la naissance, mais vous pouvez déjà vous mettre l'eau à la bouche en jetant un oeil sur le site !) et je glisse dedans ma Miss pas contente que je la stoppe un peu tôt dans sa 3000ème tétée du jour...

Une fois installée, je fais deux pas et elle s'endort.

Bonheur.

grifushp.jpg

Dehors, enfin.

Je suis faible et je le sens, je me cramponne à mon mâle.

Il nous tient fort.

5 minutes à marcher, je respire l'air frais, mais pas froid, ma petite boule et moi on se tient chaud.

Nous voilà à la porte de la PMI, étrange univers inconnu.

Nous rentrons et nous voilà dans une pièce chaleureuse pleine de bébés de tous âges.

Je vérifie qu'aucun ne tousse ou n'a la morve au pif.

Tout va bien.

Je me demande quelle dégaine on a avec notre bébé en écharpe, nos sapes de bobos branchouilles et le carnet de santé bien enveloppé dans le protège carnet de santé top hype cousu avec amour pour Miss Bordel (pas par moi hein, par la mère de sa marraine, moi même avec beaucoup d'amour je sais rien faire de mes mains qui ne se mange pas...).

On s'assied, discrets et penauds, les puéricultrices nous ont dit bonjour, on attend qu'elles s'occupent de nous.

Ca ne tarde pas.

Elles on t l'air d'être plutôt sympas, après l'épisode maternité j'étais un peu sur la défensive, prête à vite les envoyer chier si elles avaient eu le coeur à me fliquer et/ou à leur mentir effrontément genre "Meuh non elle dort pas avec nous" ou "Meuh oui elle tète 20 minutes toutes les 3 heures pas une minute de plus" pour qu'on ne me fasse pas chier avec des conseils qui valent ce qu'ils valent mais qui vont à l'encontre de nos convictions...

"Vous venez pour peser votre bébé ?"

"Euh oui !"

Elle prend le carnet de santé, nous demande quelques infos.

C'est tellement étrange d'être là comme "les parents de...".

"Installez-vous là, vous la déshabillez et vous lui laissez juste le body".

Juste le body ?

Avec ou sans la couche ?

Je copie discrètement sur la voisine qui rhabille son gniard, histoire de pas passer pour une conne:

Vraiment juste le body sans la couche.

Bien sûr elle (ma fille pas la voisine...) pisse largement sur la table de change, sinon c'est pas drôle.

Et puis elle hurle quand on la pose sur la balance, mais ça je comprends je ferais pareil si on me forçait à monter sur la mienne...

"5kg320"

Ah bah c'est bien ça non ?

"Attendez... J'ai dit 5kg320 ?"

"Euh oui..."

"C'est pas possible"

"Ben si..."

"Je vais vérifier...

Ben si, c'est ça.

Elle a pris 800 grammes en 2 semaines.

Uniquement au sein. J'ai jamais vu ça."

Ben ouais, on est Bordel ou on l'est pas...

Et puis, t'as pas vu comme mes seins sont appétissants...

Au moins, je sais que je n'ai pas un koala vissé au sein des heures par jour pour rien:

On aurait été ruinés en 3 mois si on avait dû acheter des boîtes de lait...

 

 

Retour à l'accueil