On dit que Miss Bordel et moi sommes fusionnelles.

Miss-B.jpg

Moi, je n'aime pas ce mot, et je ne me permettrais pas de juger d'autre relation mère/fille que la mienne.

Fusionnelle, je ne sais pas ce que ça veut dire.
Qui s'aiment fort et n'ont pas envie d'être loin l'une de l'autre, là, c'est tout de suite plus clair.

C'est ainsi que je viens - Enfin ? Déjà ? Seulement ? - de laisser ma fille de 16 mois pour un peu moins de deux jours.

L'occasion idéale - j'en parlerai très vite - en merveilleuse compagnie, le timing parfait, pour une courte durée, à l'autre bout de la France mais pas plus loin.

Bref.

Nous nous sommes un peu quittées pour avoir la joie de nous retrouver !

Et vous savez quoi ?

Ca a été facile. Pour nous deux.

Ca a été naturel.

Ca coulait de source.

Et ça a été bon, putain de bordel de merde, de n'avoir à m'occuper que de moi pendant 36 heures d'affilée !

Juste parce que j'ai respecté nos temps, à toutes les deux.

Je n'ai pas essayé de coller aux "durées socialement admises".

J'ai pris le risque qu'on m'étiquette "mère fusionnelle", ou que sais-je encore, parce que je n'ai pas voulu me brusquer, la brusquer.

Je l'aurais fait de la même façon lorsqu'elle avait 2 semaines si c'est à ce moment là que je l'avais senti.

Moi, j'ai la chance de trouver la force de me balancer royalement des étiquettes qu'on accroche à mon cou.

Je vous souhaite sincèrement à toutes d'avoir la force de vous en contre-carrer, et/ou de ne pas en distribuer à tour de bras.

Bien sûr, que de lieux communs, hein.

Mais je dis juste ça comme ça.`

Au cas où les pires ennemi(e)s des femmes soient elles-mêmes.

Au cas où la maternité autorise la terre entière à juger les mères...

Juste, au cas où...

Retour à l'accueil