infirmiere2sf.jpg

 

Il faut bien que je te le dise, maintenant.

 

Depuis la naissance de Miss Bordel, il y a un peu plus de 2 mois, j'ai fait la fanfaronne un peu partout sur Twitter, Facebook, et ici.

 

Mais, pour de vrai, j'en menais pas large.

J'en ai bavé.

J'en ai chié des ronds de chapeau.

J'ai cru y laisser ma peau.

 

J'ai eu de violentes envies de jetage de bébé contre mur, de tartage de mec, des montées de haine plus que des montées de lait, des moments de désespoir à me pendre par les seins, bref, l'horreur.

 

A la base tu vois j'ai pas les deux pieds dans le même sabot, je suis super multitask, endurante, organisée à mort, tout ça tout ça...

Donc quand on me disait "profite", "repose-toi", "tu verras t'auras à peine le temps de prendre une douche", et autres formules entendues maintes et maintes fois, c'est pas pour me la raconter mais je pensais:

 

1) Que les nanas peuvent pas s'empêcher de sa la péter genre elles ont fait le Viêtnam alors qu'elles étaient en thalasso à Saint-Malo.

2) Que ça pouvait pas être SI terrible.

3) Que je m'en sortirais mieux...

 

J'avais juste TOUT faux.

En même temps, si certaines s'en sont moins bien sorties que moi, elles doivent être mortes d'épuisement à l'heure qu'il est.

 

Tout ce qu'on m'a dit était vrai, voire pire.

Et le pire, c'est qu'on ne m'avait pas tout dit...

 

L'oedème de chatte, plus précisément l'oedème vaginal et périnéal doublé d'un hématome et qui déchire sa race pendant des semaines au point que pendant 3 semaines après l'accouchement j'étais encore livide de douleur et couchée toute la journée, sans déconner, PERSONNE m'en avait jamais parlé, je l'ai lu nulle part, et pourtant je suis plutôt bien renseignée dans mon genre.

Y a bien la Fille aux yeux Menthalo qui avait ricané en faisant allusion à une histoire de couilles violettes post partum, mais elle voulait pas m'en dire plus et j'avais compris qu'il valait mieux pour moi que ça reste comme ça.

 

Bon, je vais pas vous dire que si j'avais su j'me serais fait ligaturer les trompes dès l'âge e 8 ans (quoique...), parce que bon oui le reste tout ça c'est du bonheur (sauf que dès que ton chiard a juste le nez un peu bouché tu tachycardes à 180 en te demandant si tu vas survivre s'il n'éternue pas dans les 15 prochaines secondes pour se déboucher le nez, et puis non tiens au bout de 5 secondes t'as déjà le SAMU en ligne, mais si je développe aussi autour de ce thème aujourd'hui c'est sûr la f*****g brigade des nurses met ma tête à prix pour de bon...).

 

Mais PUTAIN, vraiment, c'est chaud.

 

De nature volcanique je suis pas la dernière à m'embrouiller pour rien avec mon mec mais là ça a atteint des summuns.

 

Inutile de songer à la partie de jambes en l'air pour désarmorcer le tout et se sourire bêtement alors que 5 minutes avant on était à deux doigts de se poignarder à coups de couteau en céramique offert à Noël, c'est mort, l'oedème traumatise sa primipare, l'hémisphère sud est déserté pour une période indéterminée, ce qui n'est pas si grave puisque si tu n'as pas le temps d'une douche tu n'as pas plus celui d'une levrette.

 

De toute façon ton môme est collé à toi H24, donc tout ce qui ne peut pas se faire AVEC lui ne peut pas se faire DU TOUT.

On a bien pensé à s'envoyer en l'air avec Baby Bordel en écharpe, mais quelque chose nous a dit, une intuition de jeunes parents peut-être, que ça n'allait pas passer inaperçu auprès d'elle, alors même si ça lui aurait rappelé nos douces heures d'amour pendant la grossesse, on a préféré écarter cette option...

 

On en a sacrément chié.

 

J'ai chialé toutes les larmes de mon corps à plusieurs reprises, parce que j'en pouvais plus de mettre 24 à 48 heures à planifier de passer 10 minutes nécessaires aux toilettes (oui parce que je ne sais pas toutes les fibres doivent passer dans le lait maternel et il en reste plus pour son propre transit ou...?!).

 

Chialé parce que je pétais un câble qu'au moment où je pensais pouvoir faire tel ou tel truc, la Miss pétait un câble et ne voulait que maman.

Ou qu'au moment pile où je sombrais dans un sommeil plus que vital, elle se mettait à hurler...

 

Voilà.

 

Donc là normalement toutes les femmes enceintes qui me suivent ont le coeur qui s'est arrêté de battre et on appelé l'hôpital le plus proche pour leur demander si 8 mois de grossesse c'était trop tard pour une IVG.

Paniquez pas les meufs.

On part pas en vacances en Thaïlande ou au Mexique sans se fader les 12 heures d'avion dans un charter avec le fauteuil du connard de devant incrusté dans les genoux.

 

C'est comme ça.

T'as signé, c'est pour en chier.

Mais bon, juste, rappelle-toi qu'après ces quelques jours-semaines-mois (barrer la mention inutile), tout s'arrange.

Chaque jour est un pas de plus vers le bout du tunnel...

Après, pour certaines c'est le tunnel de la porte de Pantin, pour d'autres celui du Mont-Blanc.

C'est comme ça, c'est la vie quoi.

 

En tout cas, l'amour de dingue qu'on porte à son bébé, c'est bien vrai que c'est fort, et tant mieux, parce que sinon les chiffres de la mortalité infantile seraient sidérants, et y aurait plus personne pour payer nos misérables retraites...

 

Nous, voilà, ça y est, on voit le bout du tunnel, on en sort, c'est la 4ème nuit d'affilée que Miss Bordel dort, du 21h-9h, entrecoupé de tétées en nombre raisonnable bien sûr, mais sans hurler, sans nous obliger à faire la foire du trône de l'écharpe, sans nous contraindre à chanter des comptines de merde qu'on n'aime pas et dont on ne connaît qu'un couplet alors qu'il y en a 10, sans se battre à coups de "nan mais je sens bien là qu'elle veut son papa"/"Ah non je crois plutôt qu'elle veut téter".

 

Et ça, ben ça change la vie.

 

Ce qui est drôle, c'est qu'on peut faire mille fois moins de trucs qu'avant, mais quand on réussit à faire le moindre petit truc, il a une saveur toute nouvelle.

Toute activité est transformée en or...

Matter un épisode de 20 minutes de Modern family c'est comme avoir vu le tout dernier Florence Foresti en live avec resto avant et baise après...

 

Mais c'est peut-être ça, le secret du bonheur ?

tunnel_light.jpg

Retour à l'accueil